• Partager :
page.php

Zoom – La couture, un fil conducteur vers l’emploi

Femmes en fil raccommode les parcours

Femmes en fil est une toute jeune structure d’insertion par l’activité économique (IAE), pourtant dotée d’une belle expérience. Depuis 12 ans, l’association reconnue d’utilité sociale redonne l’étincelle et la confiance à des femmes et à des hommes éloignés du monde du travail. Avec la couture comme support d’activité, Femmes en fil recoud le lien social et des vies.

Début 2021, l’atelier de couture éthique et solidaire a emménagé dans de nouveaux locaux, à Saint-Herblain.

Créée par Farida Abid en 2009, l’association Femmes en fil est née d’une volonté de confectionner Made in France des vêtements de créateurs en petites séries. De fil en aiguille, le projet a évolué. Femmes en fil, c’est aujourd’hui un atelier de confection textile éthique et solidaire qui a pour vocation l’insertion sociale et professionnelle par le biais de la couture. Dans les locaux de Saint-Herblain investis en mars 2021, Femmes en fil emploie 4  salariés permanents et 9 CDDI (parcours d’insertion), dont une participante PLIE. Sur ce métier traditionnellement féminin, la structure accueille aussi quelques hommes.

Suivre le fil de l’emploi

Femmes en fil est un tremplin vers l’emploi. Depuis 2009, la structure propose un accompagnement socioprofessionnel. Après la fin des contrats aidés en 2017, la reconnaissance en tant que structure d’insertion est une bouffée d’oxygène pour l’association. « Nous avons réorienté notre activité, explique Farida Abid, fondatrice et directrice. Nous réalisons des articles pour les créateurs et les entreprises engagées dans la démarche RSE ou made in France. Nous fabriquons également des vêtements d’image pour les entreprises et nous avons aussi gardé notre activité historique de fabrication de vêtements pour femmes. »

Reprendre confiance par la couture

Le travail de couture est gratifiant. « On voit tout de suite le résultat ! C’est aussi un support apaisant sur le plan psychologique. Notre valeur ajoutée est d’être un projet féminin sur un savoir-faire métier d’art », explique Farida Abid. Les compétences techniques s’apprennent avec l’encadrante technique cheffe d’atelier. L’apprentissage est mutuel. Les personnes plus expérimentées soutiennent les autres dans leur apprentissage. « La couture, c’est l’intelligence de la main » précise la directrice, également styliste.

Quand on déroule la pelote

Femmes en fil accompagne les salariés en parcours d’insertion à résoudre leurs problèmes et à construire un projet professionnel. « Nous tentons de lever les freins à l’insertion professionnelle : accès à la mobilité, garde d’enfant, diplôme, expérience professionnelle, langue… » Au terme du parcours d’insertion, certains font le choix de s’orienter vers la couture : activité de retouche ou création textile, sur le quartier ou dans les départements limitrophes où la demande en couture est plus forte. Farida Abid est fière d’avoir réussi à transmettre sa passion. Elle rappelle cependant : « notre mission n’est pas de former des couturiers et des couturières. Nous accompagnons les personnes à reprendre confiance, à retrouver un rythme de travail, à prendre plaisir d’être avec d’autres, à découvrir leurs envies et à se projeter dans l’avenir. »

Utilité sociale et locale

« L’échec est une merveilleuse opportunité de progresser ! » Cette philosophie fait partie intégrante de la couture tout comme la rigueur. « Chacune fait à son rythme et selon son niveau. Toutefois, notre production doit être impeccable. Plus les personnes sont autonomes et plus le niveau d’exigence augmente. Certains salariés réalisent toutes les étapes de la fabrication d’un vêtement. C’est une immense fierté. » Femmes en fil impulse également une exemplarité économique dans les quartiers prioritaires de la ville. 

Le PLIE est cofinancé par le Fonds Social Européen dans le cadre du programme opérationnel national « Emploi et Inclusion » 2014-2020